Le président Erdogan a critiqué les alliés de l’OTAN pour avoir fermé les yeux sur les préoccupations sécuritaires de la Turquie, soulignant que les déclarations diplomatiques ne contribuent pas à une solution et appelant à une action concrète.

Le président Recep Tayyip Erdogan a critiqué les alliés de l’OTAN pour ne pas avoir pris de mesures pour répondre aux préoccupations de sécurité de la Turquie.

S’exprimant lors d’une cérémonie pour les sous-marins Hızır Reis et Selman Reis développés localement à Gölcük, Kocaeli, le président a déclaré qu’Ankara s’attend à ce que ses alliés de l’OTAN prennent des mesures concrètes pour répondre à ses préoccupations en matière de sécurité plutôt que de faire des déclarations inefficaces.

Il faisait référence aux demandes récentes de la Suède et de la Finlande pour devenir membres de l’OTAN. Les deux pays ont refusé de coopérer avec la Turquie sur les groupes terroristes qui constituent une menace pour la sécurité nationale du pays.

Soulignant les grandes contributions de la Turquie à la sécurité de l’OTAN et le rôle vital qu’elle joue pour tous ses alliés, le président a déclaré que les politiques qui ignorent les préoccupations de sécurité fondamentales ne profiteront à personne.

“Nous pensons qu’une politique d’élargissement qui ignore les préoccupations fondamentales de sécurité ne profitera ni à nous ni à l’OTAN”, a déclaré Erdogan.

Il a également critiqué la Suède pour ses sanctions contre la Turquie, notant qu’Ankara ne l’ignorera pas.

Erdogan a poursuivi en disant que l’OTAN doit répondre aux préoccupations de sécurité de la Turquie à un moment où le partenariat de l’alliance est le plus nécessaire, au milieu de l’invasion en cours de l’Ukraine par la Russie et d’autres menaces.

« À une époque où nous étions confrontés aux attaques transfrontalières à la roquette de Daech visant nos villes et aux attaques terroristes, les systèmes de défense aérienne de notre pays ont été retirés à la hâte par nos alliés », a déclaré Erdogan, ajoutant : « La Turquie n’a pas reçu le soutien qu’elle attend de ses alliés concernant la satisfaction de ses besoins de défense, ses opérations transfrontalières légitimes ou sa lutte antiterroriste de 40 ans.”

La Suède et la Finlande ont officiellement demandé mercredi à rejoindre l’OTAN – une décision motivée par la guerre de la Russie contre l’Ukraine, qui a commencé en février.

Mais la Turquie, membre de longue date de l’alliance, a exprimé des objections aux offres d’adhésion, critiquant les pays pour tolérer et même soutenir les groupes terroristes.

Erdogan a mis un obstacle à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’alliance. Il accuse Stockholm, et dans une moindre mesure Helsinki, de soutenir le groupe terroriste PKK et d’autres groupes qu’Ankara considère comme des terroristes et une menace pour la sécurité nationale.

La Turquie, qui possède la deuxième plus grande armée de l’OTAN, accuse également les deux pays nordiques d’imposer des restrictions sur les exportations d’équipements de l’industrie de la défense vers la Turquie et de ne pas extrader les suspects recherchés par les autorités turques.

La Suède et la Finlande avaient imposé des embargos sur les exportations d’armes à la Turquie après son opération militaire visant à débarrasser le nord de la Syrie à l’est de l’Euphrate des terroristes des YPG, la branche syrienne du PKK, en 2019.

Erdogan a décrit la Suède comme un “centre d’incubation d’organisations terroristes”, affirmant que certains membres de son parlement soutenaient le PKK, désigné comme organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne.

Au cours de sa campagne terroriste de plus de 40 ans contre la Turquie, le PKK, répertorié comme organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne, a été responsable de la mort de plus de 40 000 personnes.

FETÖ et son leader basé aux États-Unis, Fetullah Gülen, ont orchestré le coup d’État défait du 15 juillet 2016, au cours duquel 251 personnes ont été tuées et 2 734 blessées.

Ankara accuse FETÖ d’être à l’origine d’une longue campagne visant à renverser l’État par l’infiltration des institutions turques, en particulier l’armée, la police et le système judiciaire.

“La Finlande peut rassurer la Turquie sur une surveillance plus stricte du PKK”
La Finlande pourrait donner des garanties de sécurité à la Turquie concernant les activités du groupe terroriste PKK dans le pays, a déclaré dimanche le ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto, alors qu’Ankara a souligné qu’il n’approuverait pas les offres des pays nordiques à l’OTAN concernant leur soutien aux groupes terroristes.

Haavisto a déclaré lors d’une émission en direct que la Finlande rassurerait Ankara sur le fait qu’elle commencerait à surveiller de plus près les activités du PKK.

“Puisque le PKK est reconnu comme un groupe terroriste en Europe, nous devons également assumer la responsabilité d’empêcher les activités terroristes en Finlande”, a déclaré le chef de la diplomatie.

Notant que les négociations avec la Turquie se poursuivraient au niveau diplomatique, Haavisto a déclaré qu’il s’attend à ce qu’elles durent plusieurs semaines.

“Je suis optimiste quant à la solution des problèmes mais ce n’est pas un problème”, a-t-il ajouté.

Il a poursuivi en disant que les présidents turc et finlandais ont évoqué la lutte de la Finlande contre le terrorisme lors de leur appel téléphonique de samedi.

Cependant, le président du Parlement finlandais, Matti Vanhanen, a déclaré que son pays ne pouvait pas extrader des terroristes du PKK, comme il les appelait des “personnes innocentes”, malgré le fait que le PKK soit reconnu comme une organisation terroriste par la Turquie, l’Union européenne et les États-Unis.

“Des personnes innocentes ne peuvent pas être extradées vers un autre pays, surtout s’il existe un risque qu’elles soient emprisonnées”, a déclaré Vanhanen, alors que les responsables turcs affirment qu’ils n’approuveront pas la candidature d’Helsinki à l’OTAN si elle continue à soutenir des groupes terroristes qui menacent la Turquie. la sécurité nationale.

La semaine dernière, le ministère turc de la Justice a déclaré que la Suède et la Finlande avaient rejeté la demande d’Ankara d’extradition de personnes liées au PKK et au groupe terroriste güléniste (FETÖ).

Les deux pays nordiques ont rejeté l’extradition de 19 terroristes et n’ont pas répondu à la demande de la Turquie pour cinq autres.

La Turquie a demandé l’extradition de six suspects du FETÖ et du PKK de Finlande sur la base de décisions de justice au cours des cinq dernières années.

La procédure d’extradition de neuf terroristes, dont deux en Finlande et sept en Suède, est toujours en cours.

Tags:

Comments are closed